Le statut d’auto-entrepreneur séduit les plus jeunes

Plus que jamais, les jeunes étudiants aiment entreprendre pendant leur cursus d’apprentissage. C’est pour eux l’occasion de mettre en pratique ce qu’ils apprennent en cours, mais aussi de venir à bout de leurs rêves. Toutefois, entreprendre en étant étudiant n’est pas de tout repos. Le cumul des deux activités n’est pas vraiment optimal, aussi bien au niveau juridique que fiscal.

C’est pourquoi la plupart font appel au régime de l’auto-entrepreneur. Il permet de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale sans pour autant y laisser toutes ses économies. La prise de risque est ainsi limitée au strict minimum. Tenté(e) par l’aventure ? Voici ce qu’il faut savoir.

Une solution économique mais pas sans limites

Le principal avantage du statut d’auto-entrepreneur réside dans la fiscalité qu’il propose. En effet, la création de ce statut ne demande aucun frais de départ contrairement à une SARL ou une SAS par exemple. Les taxes et cotisations sont également plus avantageuses, puisqu’elles sont en moyenne à hauteur de 18% du chiffre d’affaires. 

Mais lé régime de l’AE n’a pas que des points positifs. Les frais annexes peuvent vite faire grimper la facture. Même si la plupart des étudiants domicilient leur activité au domicile de leurs parents, il est parfois judicieux de faire appel à une société spécialisée dans la domiciliation pour auto-entrepreneur. C’est un coût non négligeable.

Le chiffre d’affaires est également limité à 81 500 € pour une activité de vente de marchandises et à 32 600 € pour une activité de services.

Des aides pour accompagner les jeunes entrepreneurs

L’entrepreneuriat est une aventure qui demande un suivi, surtout chez les plus jeunes.

Certaines aides existent pour aider les étudiants créateurs à développer leurs projets. C’est notamment le cas de l’ACCRE, qui permet de bénéficier d’une exonération totale de certaines cotisations sociales.

Créa Jeunes existe également. C’est une aide, proposée aux jeunes de 18 à 32 ans qui ont pour intention de lancer un projet. Ils auront alors le droit à une formation, un accompagnement et la prise en charge de certaines dépenses liées à la création.

Michaël Cholet

Auteur: Michaël Cholet

Partager sur