Les marchés de Paris disent stop aux sacs en plastique

Le gouvernement a pris la décision de mettre un terme à la domination de certains sacs afin de respecter la planète et de réduire le plus possible cet impact écologique néfaste. Par conséquent, ne soyez pas surpris si vous ne découvrez aucun contenant de ce genre sur les marchés.

À partir du 1er Janvier 2017, les commerçants devront supprimer les sacs en plastique

La loi sur la transition énergétique contient une mesure phare qui a été instaurée depuis la mi-Décembre, elle permet à tous les sacs en plastique de disparaître. Si certains commerces ont déjà remarqué cette suppression massive depuis quelques mois, d’autres sont en retard puisque ces contenants ont fait de la résistance. Toutefois, en 2017, ils ne seront plus les bienvenus notamment sur les marchés parisiens. Dès le 1er Janvier, les commerçants n’auront plus l’autorisation de les distribuer. Si des enseignes ont déjà riposté avec des sacs publicitaires très pratiques pour les entreprises, d’autres cherchent encore des solutions valables.

Il est préférable d’opter pour des versions biosourcées et compostables

Par contre, il est important de noter que les centres commerciaux ou les marchands qui ne joueront pas le jeu risquent une amende. Les supermarchés semblent toutefois avoir intégré la mesure, mais les marchés sont invités à changer leur mode opératoire. Lorsque vous vous rendez auprès de votre maraîcher préféré, il a souvent un sac en plastique, mais il ne sera prochainement plus le bienvenu. La ville de Paris a donc pris le taureau par les cornes afin de lancer une suppression massive. Ne soyez pas surpris si vous croisez la route des sacs transparents puisque certains sont autorisés, car leur composition est spécifique. En effet, ces contenants compostables et biosourcés s’intègrent parfaitement dans la loi sur la transition énergétique.

Une composition avec de l’amidon de maïs

Pour comprendre cette autorisation, il suffit de se pencher sur la composition, car ils ont la particularité d’être conçus avec une matière organique. Ils sont ainsi à base de pomme de terre ou d’amidon de maïs. Certes, une pointe de plastique sera toujours au rendez-vous, mais la proportion reste infime. Par conséquent, ces sacs sont beaucoup plus faciles à se dégrader, ce qui s’avère être bénéfique pour la planète. Un autre atout est à noter puisque ces emballages sont à la fois pratiques et robustes tout en étant bien sûr respectueux de l’environnement. Dans la capitale, plusieurs marchés ont franchi le cap.

Michaël Cholet

Auteur: Michaël Cholet

Partager sur